Table ronde SEO

Mardi 15 mars dernier, dans les locaux de Now Coworking à Lyon, se déroulait une table ronde traitant du référencement web, intitulée « SEO et contenu : Je t’aime, moi non plus ? » et retransmise en direct sur Facebook. Reprenons-en les points principaux.

Si vous possédez un ou plusieurs sites web, vous avez probablement déjà étudié la pratique de l’optimisation du référencement, ou SEO. Engrenage indispensable d’une bonne présence en ligne, ce concept peut parfois sembler obscur, complexe, voire aléatoire.

Cette mini-conférence réunissait quatre acteurs du web, qui ont choisi de s’intéresser à ce domaine et d’en expliquer certaines notions, afin d’éclairer quelques zones sombres de la pratique.

Le tout était présenté et conduit par Hugo Stépanian, responsable de Now Social.

Lors de ce meeting d’environ deux heures, les quatre participants ont pu échanger autour du référencement naturel, notamment concernant les problématiques de référencement liées au contenu.

Comprendre et dompter Google

Arnaud et Eric, représentants de la sphère médiatique alternative lors de ce débat, ont tous les deux rapporté leurs expériences propres, et le constat est le même : que les résultats soient positifs, négatifs ou anecdotiques, aucun des deux n’est arrivé à comprendre réellement les effets directs des actions menées au niveau du référencement de leurs blogs.

Un des sentiments qui ressortent de cette discussion est donc la difficulté qui peut être ressentie et la relativité du processus de référencement, de la complexité des algorithmes de ranking et de l’infinité de scénarios possibles, qui rendent quasiment impossible l’établissement de règles strictes pouvant amener à des résultats précis. L’optimisation du référencement n’est pas simplement une suite d’actions mécaniques, mais un processus qui résulte d’un grand nombre de facteurs.

Les quatres intervenants chez Now Coworking

© Photo via @YannickSoquet

En effet, chaque site est particulier. Presse-citron est un bon exemple de cas à part : apparu en 2005, au début de l’essor de la blogosphère, ce site est un pionnier du genre et n’a donc eu aucun mal à trouver un public dense dès le début, sans avoir à mener d’actions pour améliorer le trafic, en raison de la concurrence quasi-absente de l’époque.

Le terrain n’est pas le même aujourd’hui, mais le fait est que, comme Yannick Socquet l’a rappelé : « Le seul objectif de Google est d’assurer des résultats les plus pertinents et les plus qualitatifs. » Presse-citron a depuis toujours, à travers l’importance de son audience, eu cette réputation de média de référence. Google le sait, et va positionner le site dans les premiers résultats quoi qu’il arrive, selon la logique énoncée précédemment. Dans ce genre de cas, le processus est un peu différent, et les petites actions menées pourront avoir un impact moindre.

Des règles en constante évolution

Ce n’est pas une surprise, mais Google évolue à travers le temps, apportant des mises à jour de leurs algorithmes de référencement au fil des années. Deux de ces importantes révolutions ayant été citées au cours de la conférence portent les noms de code de Panda (février 2011) et Penguin (avril 2012), sanctionnant respectivement la mauvaise qualité des contenus et les comportements frauduleux de keyword stuffing (littéralement « bourrage de mots-clés ») entre autres, qui nuisent tous deux à la qualité globale des sites web d’un point de vue utilisateur.

« Le site parfait n’existe pas. Ce qui est « parfait » aujourd’hui ne le sera pas demain. […] Il y a toujours de nouvelles règles, de nouvelles optimisations. »

Au cours de l’année 2015, Google développe ses featured snippets, que l’on aime à considérer comme la « position 0 » dans le domaine du SEO. Quand l’internaute pose une question dans la recherche Google, un résultat s’affiche parfois tout en haut de la page de recherches, avant les premiers vrais résultats, sous forme d’un extrait récupéré de manière programmatique, présentant ainsi ce résultat comme un site de référence. C’est en quelque sorte cette page que Google juge la plus pertinente par rapport à la question posée.

De nouveaux outils d’optimisation

Depuis fin 2015, Google a mis en place son projet AMP (pour Accelerated Mobile Pages) qui propose un langage spécifique permettant aux pages de son site de s’afficher de manière quasi-instantanée sur mobile, grâce à un pré-chargement réalisé au moment de la recherche. Au-delà de l’apport indéniable de confort pour le lecteur, les pages supportant ce système voient leur référencement boosté de manière significative, Google souhaitant en toute logique mettre en avant leur nouvelle fonctionnalité. C’est un système tout jeune et encore relativement peu exploité, mais « cela va devenir un standard » selon Yannick Socquet.

Dans le même ordre d’idées, et environ au même moment, Facebook a lancé ses Instant Articles, une version in-app en quelque sorte du concept d’AMP dans l’application mobile de Facebook. Pas d’effet direct sur le référencement, mais là encore une meilleure accessibilité, et donc potentiellement un meilleur trafic.

AMP et Facebook Instant Articles

Le pictogramme « éclair » qui symbolise ces deux systèmes (Google AMP & Facebook Instant Articles)

Au vu de la multiplicité des plateformes de visibilité qui existent aujourd’hui, il est compréhensible que Google prenne en compte la présence d’une entreprise dans chacun de ces réseaux. Multiplier les sources, c’est être « apprécié » en conséquence par Google, c’est une preuve supplémentaire de pertinence. Selon l’expert du SEO, « aujourd’hui, on ne peut plus se permettre, en tant qu’entreprise, de ne pas être présent sur tel ou tel levier ».

Et vous ? Vous êtes-vous déjà penché sur la problématique du référencement de votre site, et avez-vous rencontré des difficultés ? Portez-vous une importance particulière à être présent sur tous les canaux ?

N’hésitez pas à réagir en commentaire !